Avant le mariage

La jarretière : les origines d’un accessoire nuptial que l’on dévoile

Par Cécile Belmont, le 21/05/19
Cécile Belmont
La jarretière : les origines d’un accessoire nuptial que l’on dévoile
Victoria Anger
5 Commenter

Accessoire bien dissimulé sous les robes des épousées, la destinée de la jarretière est d’être dévoilée ! De quelle époque cette pratique date-t-elle ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette tradition ? Pour le découvrir, rendez-vous ci-dessous...

Que ce soit pour agrémenter votre parure lingerie ou se faire discrète sous une jolie robe de mariée en dentelle, la jarretière se présente comme un accessoire qui peut s’avérer indispensable, au même titre que votre bouquet de mariée. Elle offre de plus la particularité d’offrir une alternative – en mode comique ou bien coquin - aux jeux de mariage habituellement proposés pour animer les soirées de noces.

Les Secrets d'Aléna

Jarretière et tradition

Préhistoire, Grèce Antique ou encore Moyen-âge - période à laquelle son usage était surtout pratique pour tenir bas et chaussettes, la véritable origine du port de la jarretière nous viendrait d’Angleterre...

Une coutume de mariage datant du Moyen-âge

Pour la petite histoire, tout commence par un bal organisé à la cour du roi d’Angleterre, Edouard III. Nous sommes en 1344, voire en 1347 ou 1348 selon les sources. Au XIVème siècle donc. En pleine ère de la Guerre de Cent ans, le roi danse avec la Comtesse de Salisbury - que l’on dit être sa « maîtresse » du moment. Pendant cette danse, la jarretière de cette jolie dame glisse de sa cuisse et tombe à terre.

With Moon Wood

En galant homme, Edouard III se baisse promptement pour la ramasser. Le but étant de prévenir les railleries et autres moqueries, le roi noue le bout de tissu autour de sa jambe et déclare cette phrase devenue célèbre : « Messieurs, honni soit qui mal y pense ! Ceux qui rient en ce moment seront un jour très honorés d'en porter une semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le rechercheront avec empressement ».

Et c’est ainsi que naquit peu de temps après l’Ordre de la Jarretière, l’un des plus prestigieux au monde, fondé par Edouard III lui-même et considéré comme le plus élevé de la chevalerie britannique.

Cet ordre a pour emblème une jarretière de velours bleu avec écrite la devise « Honni soit qui mal y pense » en lettres d’or. Les membres de l’Ordre de la Jarretière arboraient fièrement ce ruban : les femmes au bras gauche, les hommes à la jambe gauche.

Au-delà de l’anecdote qui saura peut-être vous inspirer si vous songez à un thème de mariage original tel que le médiéval, la jarretière c’est aussi une pratique permettant d’augmenter la donne pour votre cagnotte de mariage...

Anthéa Photography

Un jeu qui peut faire plusieurs heureux

Dans la tradition de la jarretière, le but est de mettre à la vente cet accessoire le jour des noces et de faire augmenter la mise au cours des animations de mariage. C’est-à-dire que, si Madame se sent prête à dévoiler ses gambettes, la mariée va dans un premier temps légèrement soulever sa robe, pour laisser entrevoir l’objet de toutes les convoitises.

Les hommes de l’assemblée vont alors miser avec de l’argent et, ce faisant, faire remonter la robe centimètre par centimètre. Les femmes aussi peuvent jouer, à la différence près qu’à chaque surenchère, elles gagnent le droit de faire redescendre la robe de la mariée !

Si l’heureux gagnant est un homme, il est convié à venir retirer lui-même le bout de tissu... Si c’est une femme qui gagne, la jarretière reste là où elle est, sur la jambe - à présent recouverte - de la mariée.

Petite précision : avant l’existence des listes de mariage, la tradition de la jarretière permettait aux jeunes mariés de solliciter leurs invités pour qu’ils participent financièrement à leurs premiers pas dans la vie à deux. 

Charlotte Szczepaniak - Photographe

Mystère et séduction

Les mariées moins empressées à l’idée de montrer leurs jambes à l’assemblée seront peut-être plus enclines à jouer de leurs charmes en privé... Et oui ! Ptit clin d’œil aux danseuses de French Cancan - avec leurs robes à froufrous, leurs collants en résille et leurs culottes blanches - la jarretière c’est aussi toute une imagerie de sensualité à connotation sexy !

Autre référence, cinématographique cette fois et tout aussi sexy, la divine Marylin Monroe dans « Certains l’aiment chaud » : cette scène où sa flasque de whisky – accrochée à sa jarretière – tombe de sa cachette pendant qu’elle chante avec son ukulélé... Dans les années 30-40, la jarretière était en effet un moyen bien commode trouvé par les femmes pour transporter de petits objets. 

Pratique et d’autant symbolique - de pureté, de fidélité, d’innocence - cet amour de ruban blanc s’envisage avant tout comme un bel ornement pour la jambe de la mariée, qui s'en servira volontiers pour une séance photo boudoir.

Pour un moment privilégié à partager avec sa tendre moitié lors de la nuit de noces ? Avec, à la clé - qui sait ? - une séance improvisée de photos de mariage originales et inoubliables.

La fée Gaëlle

Ce petit exposé au sujet de la jarretière vous aura peut-être décidée à en choisir une pour accompagner votre robe de mariée bustier ? Et une fois votre tenue ainsi joliment complétée, il sera alors temps de penser – si ce n’est déjà fait – à votre décoration de mariage...

Ça peut vous intéresser

Commentaires (5)

Honorine
Honorine Le 3/06/2019 à 22:27
Je le ferai à mon mariage. Et pour info dans la tradition , on dit que la jarretière porterait bonheur à l'homme qui la gagne 😉
Répondre
Séphora
Séphora Le 30/05/2019 à 16:51
Tres interessant! Je ne savais pas tout ça... La mienne sera pour mon mari uniquement
Répondre
Labecotlucie
Labecotlucie Le 25/05/2019 à 05:14

Bonjr que soit histoire elle toujours époque mais pas pour mon mariage le bouquet oui

Répondre
Laclochette
Laclochette Le 11/06/2018 à 19:51

Qu'est-ce que les invités qui ont gagné la jarretière peuvent bien faire avec la jarretière ?!

Répondre
Karolinka
Karolinka Le 9/07/2012 à 16:38
"la" jarretière portée de nos jours par certaines mariées est bien sûr une fantaisie. A l'origine c'est une pièce de lingerie qui servait à tenir les bas: la jarretière est au bas ce que la ceinture est au pantalon. Pour comparaison, le porte-jarretelle est au bas ce que les bretelles sont au pantalon! Evidemment, les jarretières vont normalement toujours par paire! à moins d'être unijambiste... concernant la "jarretière préhistorique" mentionnée dans l'article j'ai de sérieux doutes. Ces anneaux, s'ils ont existé, devaient plutôt s'assimiler aux anneaux des chevilles portées par les femmes dans certaines civilisations (orientales ou africaines)
Répondre
Commenter

En savoir plus sur Avant le mariage

Articles par catégorie

Revenir en haut